Jour 6, 7 & 8 – Brest

Pendant trois jours, nous avons sillonné les routes autour de Brest avec la compagnie de la belle-soeur et du beau-frère qui ont endossé le rôle de guides. Malgré un temps plutôt maussade avec de grosses rafales de vent et de la pluie quelques fois, cela nous nous a pas empêché de vouloir voir un tas de choses – trop de choses en peu de temps. Pour ce qui est de Brest en elle-même, je n’ai pas eu de coup de coeur particulier. C’est beaucoup plus moderne que je ne le pensais. La ville avait été entièrement détruite pendant la guerre, puis reconstruite. Seule la rue Saint-Malo a été laissée telle qu’elle. Cette petite rue m’a bouleversé, elle est désormais un lieu où tout le monde peut s’exprimer à travers l’art contemporain.  Il faut la voir pour comprendre. Le château ainsi que le port sont des lieux atypique de la ville. Ça a été l’occasion aussi pour nous de découvrir l’Arsenal d’où partent les bateaux militaires. Une vraie découverte 🙂  Read More

Jour 4 – La presqu’île Saint-Laurent

L’hôtel à Saint-Malo nous offrait une jolie petite vue sur la mer, j’ai donc profité des derniers instant au bord de la fenêtre avant de prendre la route pour une journée décontractée à la presqu’île Saint-Laurent sur laquelle nous étions passés en coup de vent la veille. Direction le supermarché pour acheter de quoi faire des sandwichs et se fabriquer une douche, car oui, nous avions prévu de nous baigner. L’eau était-elle froide? Noooon… Juste un tout petit peu 😀 Donc nous embarquons notre pique-nique et notre bonbonne d’eau en plastique dans laquelle nous avons percé des trous pour pouvoir nous rincer après la baignade. On avait pris les masques et les tubas, mais pas de poissons en vue. Nous nous sommes reposés sur la plage quelques temps avant de reprendre la route pour Lannion, ville dans laquelle nous avions réservé notre prochain hôtel. Après Saint-Malo, je dois vous dire que Lannion m’a semblé beaucoup moins attrayante. Je ne me sentais pas très bien dans les ruelles de la ville, peut-être que nous n’étions pas dans un bon quartier. J’aurais voulu voir l’Eglise de Brélévenez mais nous n’en avions pas eu le courage. Pour l’atteindre il faut gravir les 142 marches qui, autrefois, se montaient sur les genoux pour expier les pêchers quotidiens. A l’époque il y en avait 365!  Read More